Fin du TODE: encore une distorsion pour l’agriculture Française

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Répondant à l’appel à mobilisation national, la FRSEA et JA Hauts de France ont été reçus en Préfecture de Région au sujet de la suppression prochaine du TODE.

Un impact lourd pour les employeurs de main-d'oeuvre.

Ce lundi 24 septembre, était présenté au Conseil des Ministres le projet de loi de Finances 2019, qui prévoit, entre autres, la suppression du dispositif TO-DE (travailleur occasionnel – demandeur d’emploi). Cette mesure permet actuellement un allègement de charges pour les employeurs de main d’œuvre saisonnière, et ainsi de lisser quelques peu les écarts de coût du travail entre la France et les autres Etats Membres. Ce même lundi 24 septembre, la FNSEA et JA ont lancé un appel à mobilisation de leur réseau afin d’alerter l’administration et l’opinion publique sur les conséquences de cette suppression sur l’emploi dans les campagnes et sur la compétitivité des exploitations. Aussi, une délégation de la FRSEA et de JA Hauts de France a été reçue par Mme Pantèbre, Secrétaire Générale adjointe aux affaires régionales, qui représentait Le Préfet de Région.

Pour la seule région Hauts de France, pas moins de 38 000 contrats saisonniers sont concernés par le TO-DE. « Le surcoût de la suppression de cette exonération est estimé à 180€ minimum par salarié et par mois, pour un salarié au SMIC et ce surcoût augmente de manière drastique pour les salaires un peu plus élevés », a déclaré Marc Droy, président de la commission emploi de la FRSEA.

Un appauvrissement des territoires

En Hauts de France, les productions les plus concernées sont le maraichage, l’arboriculture, les pommes de terre et la viticulture ; productions à forte valeur ajoutée. Le risque pour les exploitations concernées est une perte de rentabilité, et d’arrêt de la production gourmande en main d’œuvre ou d’automatisation de certaines tâches, ce qui dans les deux cas, pénalisera à la fois l’emploi local et l’économie du territoire. « Avec une telle décision, on fait une croix sur l’emploi en milieu rural et sur les productions à haute valeur ajoutée », a regretté Simon Ammeux, co-président de JA Hauts de France, « visiblement, nos décideurs préfèrent appauvrir nos territoires et s’approvisionner en poireaux belges », a-t-il ajouté. Et pour compléter et illustrer ces propos, Anne Coupet, présidente de la section légumes de la FDSEA du Pas de Calais a expliqué que sur sa propre exploitation, l’impact sera de 20.000 €. Sur la production d’endives, Philippe Brehon, président de l’union des endiviers a estimé le surcout à 60.000€ sur son exploitation.

Ne pas confondre fiscalité et emploi

Les représentants de l’administration présents ont répondu que d’autres mesures du projet de loi de finances et la réforme de la fiscalité auront des impacts positifs pour l’agriculture, et au global, les équilibres devraient être préservés. Les représentants de la profession ont alors rappelé que si des mesures fiscales adaptées sont très attendues et primordiales pour donner de la souplesse aux exploitations face aux aléas du climat et du marché, elles ne peuvent pas remplacer les mesures sociales visant à favoriser l’emploi et la compétitivité des exploitations employeuses de main d’œuvre. Le recours aux emplois temporaires n’est pas en agriculture un mode de gestion comme dans d’autres secteurs mais est inhérent à l’activité saisonnière des productions.

En définitive, la profession demande le maintien de l’exonération concernant le travail occasionnel, rempart indispensable contre les distorsions de concurrence en matière de coût du travail vis-à-vis des autres Etats Membres.

Stéphanie Doligez

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque