Coup de chaud

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Edito de Guillaume Chartier, président de la FDSEA60.

Le coup de chaud sur le Nord ne cesse. Quel sera son impact sur nos cultures ? Je crois que c’est la question que chacun se pose. Après un hiver doux, un printemps pluvieux, voici que nous avons un début d’été qui connaît des températures caniculaires. Et la question est importante car déjà, dans nos grandes cultures, nous avons connu deux saisons particulièrement mauvaises. Et si les prix se sont sensiblement redressés, il nous faudra aussi une production en quantité et en qualité. Il faudra bien aussi faire face au marché du sucre qui, de son côté, accuse une morosité particulièrement forte.

Ce qu’il nous faut c’est de la compétitivité. Bien sûr, chacun peut et doit se poser la question d’adapter son système, voir de répondre à certains créneaux de marchés porteurs. Mais, et cela est vrai pour nous tous, on ne peut pas, en France, créer des charges et des contraintes et nous demander, à nous agriculteurs, d’affronter une concurrence qui n’a pas les mêmes règles. L’alerte a déjà été donnée. Le gouvernement dit l’avoir entendue ! Il faut donc qu’il en fasse la preuve car nous en avons besoin et pas demain.

Par exemple, nous rappelons l’ineptie des dates pour les Cipan SIE. Oui, nous demandons de la souplesse. Et si l’État ne l’entend pas, c’est qu’il n’a toujours pas compris les réalités de notre métier. Idem sur les dérogations heures supplémentaires ! Alors, si c’est bien aux moissons que nous avons la tête aujourd’hui, nous le rappelons, nous ne lâcherons rien de nos revendications.

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque