La FDSEA 60 fait ses comptes

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Lundi 18 juin, la FDSEA s’est réunie en assemblée générale ordinaire et en conseil d’administration. À moins d’une semaine de la levée des barrages des dépôts de carburants, l’occasion de faire les comptes sur les résultats des actions menées.

Le 18 juin à Beauvais, réunion du CA.

L’assemblée générale statutaire de la FDSEA vise en premier lieu, chaque année, à rendre compte des activités et des comptes annuels de la FDSEA. Il a ainsi été fait état des comptes de résultats et bilan de la FDSEA (cf. ci-dessous).
Mais une semaine après la levée de blocages des dépôts de carburants, ce sont aussi les comptes syndicaux qui ont été faits.

Une bonne mobilisation
Régis Desrumaux et Bernadette Bréhon, secrétaires généraux de la FDSEA, ont d’abord tenu à «remercier l’ensemble des agriculteurs qui se sont mobilisés, de jour comme de nuit, parfois plusieurs fois, pour tenir des barrages à Gennevilliers et à Dunkerque. Un grand merci !»
Il a toutefois été relevé que ce sont à peine plus de 5 % des agriculteurs du département, soit un peu plus de 150 agriculteurs qui se sont mobilisés.
«Ce n’est pas assez», ont fait remarquer plusieurs présidents de SEA. «Nous aurions certainement pu obtenir plus et tenir partout plus longtemps les barrages si nous avions été plus nombreux» a-t-il été également souligné. «C’est dur semble-t-il, pour certains, d’aller manifester» a indiqué Jean Lefevre, président du SEA du Pays de Valois relavant que si son SEA a bien mobilisé, il n’a pas fait le plein et loin s’en faut.
Et puis il y a aussi la frustration, pour certains, d’être arrivés, le mercredi, alors même que les barrages devaient être levés. «Mais il ne faut rien regretter et au contraire être fiers de notre mobilisation» a indiqué Guillaume Chartier. «La durée des barrages n’était pas programmée a priori, elle dépendait des négociations avec le ministère, qui se sont débloquées dans la nuit de mardi à mercredi, et c’était notre tour de garde convenu en région».
«Ne rien faire, c’est ne rien avoir» a également rappelé Thierry Leysens, président de la section faune sauvage.

Pour quels résultats?
La question surtout, est donc de savoir quels sont les résultats obtenus. «Nous attendons tous plus d’argent dans les caisses ! mais cela ne fonctionne pas, ne fonctionne plus comme cela» ont rappelé les secrétaires généraux.
«Nous voulions changer de ton vis-à-vis du gouvernement, a rappelé Luc Smessaert, et nous y sommes arrivés, en montrant notre capacité de mobilisation sans nuisances pour les citoyens,  a-t-il indiqué. Sur des sujets qui ne sont pas simples, alors que depuis des mois on s’en prend plein la figure sur de nombreux sujets, on a réussi, sans ambiguïté, à rallier l’opinion publique de notre côté».
«Cet élément en soi est déjà un résultat extrêmement important et il ne faut pas le négliger, a indiqué Guillaume Chartier.
«En effet, le dossier des États généraux n’est pas encore clos et bien d’autres textes et réformes sont annoncés sur lesquels il nous faudra être vigilants» a rappelé Luc Smessaert citant la loi foncière et la réforme de la fiscalité.

Laurent Mingam

 

Ce qui a été obtenu sur nos revendications  Ce qui était demandé et n’a pas été obtenu concrètement à ce jour
Une échéance de réduction de l’incorporation d’huile de palme dans les biocarburants à l’échelle européenne Le projet d’incorporation d’huile de palme à la raffinerie de la Mède n’est pas suspendu.
Engagement à porter au niveau européen l’interdiction de l’importation de viandes issues d’élevages ayant recours à des antibiotiques en tant que facteur de croissance Les accords Ceta et Mercosur et les autres négociations bilatérales engagées ne sont pas suspendues
La mise en œuvre du comité pour la rénovation des normes en agriculture (Corena), dans un objectif de simplification administrative La décision franco-française sur l’exigence d’une période départementale de maintien des SIE culture dérobées n’est pas remise en cause à ce stade
La décision franco-française d’élargir à 5 mètres la largeur minimum des SIE bordures de champs n’est pas remise en cause à ce stade
Aucun engagement n’est pris sur la charge supplémentaire que pourrait représenter le conseil annuel phyto et la fin des rabais ristournes remises
Ouverture de discussions techniques sur les conséquences de la suppression annoncée du CICE pour les employeurs de main-d’œuvre saisonnière Aucun engagement n’est pris quant au maintien d’un dispositif d’exonération de charges sur l’emploi agricole (TO-DE pour les travailleurs saisonniers et CICE)
Concrétisation du plan d’investissement avec 1,8 milliards de crédits et 0,8 milliards de fonds de garantie (contre 500 millions de fonds de garantie antérieurement)

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque