Sans crier gare, les agricuteurs informent les consommateurs

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Mercredi 6 décembre, de nombreux agriculteurs se sont répartis dans plusieurs gares de l’Oise afin d’informer les consommateurs sur la situation de l’agriculture française.

Soleil pas encore levé, les agriculteurs et la FDSEA 60 se sont mobilisés dans sept gares de l’Oise. L’objectif était d’informer les consommateurs sur le savoir-faire, la pratique et la qualité de l’agriculture française.

Critiqués dans les médias, ils ont distribué des tracts dénonçant les distorsions de concurrence. Guillaume Chartier, président de la FDSEA 60 à l’origine de ce tractage, s’en explique : «Cette journée d’action a pour objectif de rapprocher le consommateur et l’attente sociétale des agriculteurs et du monde de la production. On nous demande des produits loyaux et marchands, ce que l’on fait.

Par contre, il faut dire clairement au consommateur qu’aujourd’hui, dans les étals, on ne trouve qu’une partie infime de la production agricole qui soit française, le reste est importé. Derrière, on utilise notre image pour les produits non français et ces derniers sont produits avec des produits phytosanitaires interdits en France. Aujourd’hui avec le Ceta et le Mercosur, ce sont 46 matières actives, interdites en France, que l’on trouvera dans les produits importés et consommés en France. Nous nous sommes donc mobilisés dans la plupart des gares de l’Oise afin d’informer les personnes sur la production et le savoir-faire français, mais aussi de montrer les productions des pays voisins qui n’ont pas les mêmes pratiques et le même intérêt pour la qualité des produits. Il faut donc sortir de cette ambiguité, où d’un côté on nous en demande toujours plus, et de l’autre, les distorsions de concurrence nous mettent des boulets aux pieds.

Les agriculteurs français sont prêts à répondre aux attentes sociétales et aux demandes des consommateurs. Nous l’avons toujours fait. Mais pour cela il nous faut un revenu, de quoi vivre, de quoi investir pour travailler et innover.Je remercie grandement les agriculteurs qui ont participé à cette mobilisation car on a le désir de travailler et de vivre de notre métier.»
Dorian Alinaghi
Tracatge Noyon

Tractage Beauvais

Tractage Creil

Tractage Compiegne

La vidéo du moment

Voyage en Aveyron 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque