Nivillers: le Scot du Beauvaisis a été remis en question

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

C’est au centre Eugène-Seigner à Bresles que le vendredi 12 janvier, les adhérents du Syndicat des exploitants agricoles (SEA) de Nivillers se sont réunis autour d’un buffet avant de participer à l’assemblée générale du SEA.

Buffet convivial pour commencer

Un moment convivial d’échanges entre les agriculteurs présents que les membres du bureau du SEA pensent déjà renouveler l’année prochaine. Guillaume Durant, le président du SEA, a ouvert la réunion en remerciant pour leur présence : Guillaume Chartier, président de la FDSEA, Régis Desrumaux, le secrétaire généraln et Camille Gourguechon, juriste à la FDSEA.
Camille Gourguechon a démarré l’assemblée en parlant du Scot de Beauvaisis. Elle a rappelé le contexte où en décembre 2014, la Communauté d’agglomération du Beauvaisis a approuvé le Scot malgré les avis défavorables. Suite au recours gracieux qui a été rejeté par la Cab, la FDSEA de l’Oise et 18 adhérents concernés ont donc fait en 2015 un recours au tribunal administratif d’Amiens pour demander l’annulation de la délibération de décembre 2014, demande faite également par le préfet de l’Oise et la Chambre d’agriculture de l’Oise. En décembre dernier, le tribunal administratif d’Amiens a rendu son jugement : annulation de la délibération du 12/12/2014 par laquelle la Cab a approuvé le Scot de Beauvaisis révisé.
Suite aux questions de la salle sur l’avenir de l’agriculture, Guillaume Chartier et Régis Desrumaux ont abordé l’actualité syndicale régionale et nationale sur des dossiers tels que les États généraux de l’alimentation, le Ceta, le Mercosur, et les actions syndicales qui en ont découlées. Ce fut ensuite à Corinne Daunay, conseillère à la Chambre d’agriculture de l’Oise, d’intervenir sur : comment héberger des étudiants à la ferme ? Elle a ainsi présenté Campus Vert, un réseau de logements étudiants à la ferme, pour un concept gagnant-gagnant entre l’agriculteur et l’étudiant. Ce système permet d’héberger dans des studios sur le lieu de l’exploitation des étudiants, mais aussi des stagiaires, des apprentis ou des personnes ayant un premier emploi temporaire.
À ce jour, dans l’Oise, 4 exploitations font partie de ce réseau. Le retour sur investissement est estimé à 8 ans, ce qui est assez court pour le monde agricole. Les échanges se sont poursuivis avec une présentation de Systera (solution informatique proposée à tous les adhérents pour réaliser le document unique d’évaluation des risques professionnels), de l’association Réagir (qui accompagne les exploitants agricoles fragilisés), et d’autres sujets d’actualités.
Carine Vasseur

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque