Agriculteurs du Pays de Bray, exprimez-vous avant que ce ne soit trop tard!

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La communauté de communes du Pays de Bray (CCPB) a invité pour la seconde fois le monde agricole, le vendredi 10 novembre pour présentation de la démarche de leur PLUiH.

Réunion sur le PLUiH du Pays de Bray. Encore trop peu d’agriculteurs du secteur se sentent concernés par l’élaboration de ce document qui fixera pourtant les grandes orientations en terme de zonage pour les années à venir.

Le PLUiH est un plan local d’urbanisme Intercommunal valant programme local de l’habitat. La CCPB lance son élaboration. Ce document, une fois finalisé, deviendra le document de référence sur les règles de développement du territoire pour les 10 à 15 ans à venir sur l’ensemble de la communauté de communes. Le PLUiH se substituera ainsi à tout PLU existant sur les communes du périmètre. Lors de cette réunion, il a été rappelé l’intérêt de faire un état des lieux de l’activité agricole existante et, dans la mesure du possible, une projection sur les besoins d’évolution pour la profession. Sur un PLUiH, on retrouve entre autres le zonage de l’ensemble du territoire. Une terre agricole classée en zone naturelle (N) ou en zone agricole (A) ou en zone à urbaniser (U), ne va pas être soumise à la même réglementation et ne pourra pas permettre les mêmes chose en termes de devenir.

Vous avez la parole
Pour l’élaboration de ce document, la communauté de communes donne la parole aux agriculteurs, ce qui est loin d’être toujours le cas dans l’élaboration des documents d’urbanisme. Ce n’est malheureusement qu’une petite vingtaine d’agriculteurs qui se sont déplacés pour cette réunion, «une mobilisation vraiment trop faible et extrêmement décevante» comme le souligne Adrien Dupuy, président du SEA du Pays de Bray à la FDSEA 60.
De la même manière, un questionnaire avait été envoyé à chaque agriculteur du secteur et seulement 76 retours ont été comptabilisés sur les 244 envoyés. Pour avoir une étude constructive, il manque au moins 109 retours de questionnaire.
Bien sûr, le monde agricole est présent lors des réunions d’élaboration au travers des représentants de la Chambre d’agriculture que sont Hélène Beaudouin, Claude Borgoo, Adrien Dupuy, Benoît Guérout, Bruno Lucien et Laurent Sohier, ainsi que par l’appui technique des deux chargés de mission urbanisme à la Chambre, Marianne Verbeke et Fabrice Couvreur. Néanmoins, ils ne connaissent pas chaque problématique de chaque exploitation. Il en va donc de la responsabilité individuelle de s’exprimer tant qu’il est encore possible.

Renvoyez votre questionnaire
Vous avez encore jusqu’à début 2018 pour renvoyer votre questionnaire et ainsi vous exprimer ! Il n’est pas nécessaire de remplir tous les champs pour renvoyer son questionnaire. Mais il est plus que nécessaire de le renvoyer pour que puissent être pris en compte de votre avis et vos besoins pour votre métier.
De plus, des cahiers de concertation sont présents dans chaque commune pour y apporter des commentaires complémentaires.
Lors de cette réunion, il y a eu un vif débat sur une note que la communauté de communes a relevé comme un souhait du monde agricole, «protéger les zones naturelles et les haies existantes».
Mais qu’entendent-ils par cela ? Les agriculteurs présents étaient unanimes sur le fait qu’«il est impossible que le monde agricole accepte ça». Ce ne sont pas 16 agriculteurs qui auront du poids, mais la voix de chacun d’entre vous compte.
Lisez attentivement les bulletins que la CCPB vous envoie, les étapes d’avancement sur le document y seront notées.
N’attendez pas que ce soit trop tard avec un document finalisé pour vous rendre compte que vous ne vous êtes pas exprimés !

Carine Vasseur

La vidéo du moment

Voyage en Aveyron 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque